logo-dysfonction-erectile

 

Les trois étapes pour le diagnostic de la dysfonction érectile en sexologie clinique

 

1. Pour déterminer les causes de la dysfonction érectile, il faudra tout d’abord déterminer si c’est une cause psychogène, organique ou mixte

Dans le cadre d’une cause psychogène, il faudra tout d’abord poser les questions suivantes :

  • Y-a-t-il une érection matinale et/ou nocturne ? Si la réponse est négative, cela signifie que c’est une cause psychogène. Dans ce cas, faire une évaluation des antécédents psychologiques (liés à l’enfance), psychiques, familiaux et environnementaux (stress, travail, burnout, harcèlement…).
    La thérapie consistera à faire une thérapie dite psychologique avec si besoin, en fonction de la gravité, l’aide d’un psychologue
  • Depuis combien de temps dure ce trouble de l’érection ?

 

2. Dans le cas d’une pathologie organique, le patient aura des érections matinales et/ou nocturnes mais n’aura pas une érection suffisante (voire inexistante) lors d’un rapport sexuel. Dans ce cas, les critères à déterminer seront les suivants :

  • Recherche du périmètre ombilical qui doit être inférieur à 142 centimètres
  • Recherche d’une tension artérielle qui doit être inférieure à 13/8
  • Recherche d’une glycémie à jeun qui doit être inférieure à 1.20
  • Recherche des triglycérides et du cholestérol
  • Recherche d’un syndrome d’apnée du sommeil

Si parmi ces cinq critères, trois sont positifs alors on pourra dire que c’est une cause organique

 

Pour les causes mixtes, il sera nécessaire de vérifier, comme au premier paragraphe, les causes psychogènes et organiques.


Schéma de l’oxygénation de la fonction érectile

1. Monoxyde d’azote (NO)

2. Oxygène (O2)

3. Transcriptase

4. Protéine kinase

5. Erection

Tous ces éléments sont liés les uns aux autres et  bien mettre en rapport, comme cité dans le cours, les protéines et les enzymes qui interviennent pour jouer le rôle de facilitateurs dans cette fonction érectile. Bien penser aux hormones ocytocine, dopamine, adrénaline, sérotonine et les hormones œstrogène et progestérone.

Pour une bonne évaluation dans une recherche de dysfonction érectile, bien prendre en compte les antécédents médicaux, à savoir les traitements en cours et chirurgicaux (ablation de la prostate, infection pulmonaire…).

Dans le cadre de la prise en charge de la dysfonction érectile, les IPDE5 (cialis, viagra et levitra) peuvent être recommandés en complément d’une kinésithérapie du plancher pelvien et respiratoire.

 

Djamel Benouis